Un an après sa naissance: Synafem-Bénin fait son bilan

Le Syndicat national des femmes des marchés du Bénin (Synafem-Bénin) a tenu sa première assemblée générale ordinaire mardi 15 décembre. La cérémonie qui s’est déroulée à la Bourse du Travail à été l’occasion pour les membres dudit syndicat, de revisiter les statuts et règlement intérieur en vue de dynamiser le synafem-Bénin pour une meilleure défense des intérêts des femmes des marchés du Bénin.

Faire le bilan d’un an d’existence et ouvrir des perspectives sur les années à venir. C’est l’objectif du syndicat national des femmes des marchés du Bénin (Synafem-Bénin) qui a organisé sa première assemblée générale ordinaire à la Bourse du Travail mardi 15 décembre. La tenue de cette assemblée générale s’inscrit dans le respect des statuts du syndicat qui imposent un bilan annuel au bureau exécutif.

Synafem-Bénin étant un syndicat de l’économie informelle, il défend les intérêts d’une catégorie des travailleurs de ce secteur notamment les femmes des marchés du Bénin pour l’amélioration de leurs conditions de vie.
L’autre objectif du syndicat est de former ses membres sur les questions de négociation, de lobbying et de plaidoyer auprès des autorités centrales. Selon la secrétaire générale du Synafem-Bénin Mihèmi Dossougouin, le bureau national du syndicat s’est essentiellement préoccupé d’installer les autres bureaux dans tous les arrondissements de Cotonou pendant ses douze mois d’existence.

Le syndicat n’étant pas né avec un budget de fonctionnement, il a dû affronter certaines difficultés financières qui ont freiné la réalisation de ses activités. N’empêche, il a pu créer ses structures dans les 36 marchés de Cotonou. «Nous avons eu beaucoup de difficultés financières pour installer nos représentants dans les autres localités de Cotonou, mais cela ne doit pas nous décourager. Nous sommes une association nationale et nous devons avoir de représentation dans les 77 communes du Bénin», martèle Mihèmi Dossougouin. Allusion faite au statut de son syndicat qui se veut national, mais qui pour l’heure, n’a de cellules que dans la ville de Cotonou. Ce dont les responsables sont conscients y compris les membres de la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin), confédération à laquelle est affilié le synafem-Bénin.

Philomène Ekpo Zountchégbé présidente de la Commission nationale des femmes de la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin) reconnaît la faiblesse du Synafem-Bénin. «Nous syndicats on n’a pas les moyens, donc en un an Synafem-Bénin n’a pas pu installer ses cellules dans tous les départements, mais ça va se faire progressivement, bientôt ils vont installer les structures dans les Zou-Collines», précise-t-elle.

Le représentant du maire de la ville de Cotonou, Landry Gansou chef service des marchés a remis au nom de l’autorité municipale empêchée, une enveloppe d’une valeur de 200 000 FCFA au Synafem-Bénin pour l’encourager à aller de l’avant.

La représentante du ministre en charge de la Famille Kpotéina Noma qui a procédé à l’ouverture des travaux a affirmé que le ministère est disponible pour accompagner ce regroupement de femmes qui œuvre dans le secteur informel. Elle a enfin exhorté les femmes à entretenir leurs lieux de travail qui ne sont rien d’autre que des marchés du Bénin?

Par: Lazare AKPAHOU (stag)

Source : La Nation


Pour ne plus louper les actualités en continu sur le Bénin,

Suivez nous sur Facebook : @Beninto.info

Suivez nous sur Twitter : @BenintoInfo

Commenter depuis Facebook

commentaires

Cet article a été lu 562 fois