Leadership féminin : Formation des jeunes femmes du Couffo en politique

Image d'archive

Dans le cadre du projet «Contribution à l’amélioration du taux des femmes aux postes électifs et nominatifs au Bénin », les Organisations Non Gouvernementales, RIFONGA-Bénin et WANEP-Bénin, renforcent, deux jours durant, à Azovè, dans le département du Couffo, les capacités d’une vingtaine de femmes élues ou femmes leaders confirmées sur le leadership politique féminin.

Pour Scholastique Bassa, représentante du consortium RIFONGA-WANEP-Bénin, ce projet qui entre dans le cadre de la quatrième phase du programme d’appui suisse au renforcement des capacités d’action des femmes (RECAFEM 4) cible principalement la jeune génération notamment les filles des universités et centres de formations et les jeunes femmes de divers milieux socioprofessionnels, à potentiel intellectuel, intéressées par l’action politique.

« Nous accompagnons progressivement ces femmes sur trois années à travers différentes activités pour les aguerrir et faire d’elles des personnes capables de mener avec succès l’action politique, dans un environnement favorable à leur ascension sociale et bénéficiant du soutien des membres de leurs communautés, à commencer par celui très précieux de leurs époux », a-t-elle indiqué, ce jeudi 24 novembre 2016.

Le chef de l’arrondissement d’Azovè, Hippolyte Natabou, conscient des maux qui minent la politique béninoise n’est pas allé du dos de la cuillère pour donner ses impressions sur le sort des femmes en politique au Bénin qui, malheureusement sont les premières évincées de l’arène politique. Selon lui, d’une part, nos réalités sociologiques ne facilitent pas les choses aux femmes et d’autre part du fait d’elles-mêmes, de leur timidité, de leur manque de confiance en elles, en leurs capacités et en leur force.

Face à ce triste constat, Hippolyte Natabou après avoir salué l’initiative, a plaidé pour que RIFONGA-Bénin et WANEP-Bénin œuvrent davantage afin que les femmes bénéficiaires soient plus compétitives dans l’arène politique. De leur côté, les bénéficiaires de cette session de formation se disent convaincues d’acquérir pendant les quarante-huit heures le maximum de connaissances.

© Africa Hot News


Commenter depuis Facebook

commentaires

Cet article a été lu 150 fois