Le Bénin met en garde contre la dévaluation du franc CFA

SEM Patrice Talon, président du Bénin

La dévaluation du francs CFA va générer pour l’espace ouest-africaine beaucoup de pauvreté et de misères dans une situation déjà assez difficile, a estimé dimanche le président béninois, Patrice Talon, au cours de l’émission « Le débat Africain » sur Radio France Internationale (RFI).

Pour le Chef de l’Etat béninois, le fait que le francs CFA soit en parité fixe avec l’Euro n’est pas un handicap.

« La stabilité d’une monnaie par rapport à une devise est un avantage » , a-t-il affirmé, précisant que les conséquences d’une éventuelle dévaluation du francs CFA va aggraver le niveau de pauvreté dans l’espace ouest-africaine.

À lire aussi : Sommet de l’UEMOA, Ouattara dénonce des « informations fallacieuses » visant le franc CFA

« Nos économies dans les pays de l’UEMOA, n’ont pas encore un niveau de production suffisante pour capter systématiquement les effets d’une dévaluation ou d’un ajustement monétaire. Nous avons des pays qui ont pour production agricole comme des matières premières, or le changement de parité n’a aucune influence sur les matières premières », a-t-il souligné.

Il a estimé que les pays membres de l’UEMOA consomment beaucoup de produits manufacturés importés et les recettes obtenues par ces pays avec l’exportation de leurs matières premières permettent de couvrir leurs besoins en matière d’importation des produits manufacturés.

« Dans la zone UEMOA, nous avons suffisamment de réserve pour que le franc CFA reste dans cette dynamique longtemps. Aujourd’hui, nos réserves en devise couvrent plus de cinq mois d’exportation alors que le standard nous exige trois mois. C’est dire que nous avons suffisamment de marge de manœuvre pour que la balance ne nous pénalise pas », a-t-il fait observer.

© Xinhua


Commenter depuis Facebook

commentaires

Cet article a été lu 954 fois