L’Université d’Abomey-Calavi devient la première université francophone d’Afrique de l’ouest à intégrer le programme de bourses de la Mastercard Foundation

L’engagement de l’Université d’Abomey-Calavi dans la formation des leaders africains de nouvelle génération est renforcé aujourd’hui grâce à un financement de 7 ans, d’une valeur de 6,2 millions de dollars US de la part du programme de bourses de the Mastercard Foundation. Le nouveau partenariat, qui étend pour la première fois le programme de bourses à l’Afrique de l’Ouest francophone, profitera à 300 jeunes brillants leaders et entrepreneurs africains. Ce partenariat apportera une éducation de qualité, créant ainsi des passerelles vers des carrières dans les domaines de la science et de la technologie mais aussi des affaires et de l’entrepreneuriat pour les jeunes dont le talent et le potentiel sont avérés.

« L’Université d’Abomey-Calavi est fière de collaborer avec le programme de bourses de The Mastercard Foundation, un partenariat qui renforce notre engagement dans la formation de la jeunesse au leadership et à l’entrepreneuriat », explique le professeur Brice Sinsin, Recteur de l’Université d’Abomey-Calavi. « Nous envisageons d’être à l’origine du changement dans notre communauté en plaçant les étudiants et les chercheurs au cœur du développement local et en encourageant une participation plus importante des diplômés par l’intermédiaire de campagnes d’action sociale et de projets de développement communautaire. »

« Les jeunes Africains francophones méritent d’avoir la possibilité d’étudier et de réussir », déclare Peter Materu, directeur Éducation et Formation et Moyens de subsistance des jeunes chez The Mastercard Foundation. « Renforcer l’éducation supérieure en Afrique de l’Ouest francophone est essentiel afin de garantir que la région puisse répondre aux besoins des marchés en développement. En travaillant avec l’Université d’Abomey-Calavi, la Fondation espère renforcer ses relations et partenariats académiques avec d’autres universités francophones, afin d’améliorer le taux d’inscription dans l’éducation supérieure dans toute la région. »

Le programme de bourses de Université d’Abomey-Calavi sera composé de deux éléments : le premier mettra l’accent sur l’accès à une éducation de qualité pour 200 étudiants boursiers dans les domaines des sciences agronomiques, du génie, informatiques, et des énergies renouvelables. Ces étudiants seront également admis au sein du service de pré-emploi de l’université, dont le personnel est composé de diplômés de l’Université d’Abomey-Calavi spécialisés dans l’entrepreneuriat social et qui permettra aux étudiants boursiers de partager des valeurs et d’acquérir une expérience professionnelle.

Le second élément du partenariat aura pour objectif de fournir une expertise technique pour le développement de la Start-up Valley, un programme d’incubateur d’entreprises créé par l’Université d’Abomey-Calavi. La Start-up Valley offrira à 100 étudiants boursiers la possibilité d’affûter leurs compétences et leur esprit d’entreprise, les positionnant sur le chemin de la réussite entrepreneuriale et leur permettant de lancer leur propre entreprise, d’employer d’autres étudiants et de contribuer à l’économie en Afrique.

L’Université d’Abomey-Calavi intègre un réseau mondial de 29 universités et organisations non gouvernementales dédiées à plus de 35 000 jeunes leaders brillants dotés d’un profond engagement personnel visant à changer le monde qui les entoure et à améliorer la vie des autres. Le programme de bourses offre un accompagnement holistique aux étudiants, notamment une bourse complète, des services de développement du leadership, de pré-emploi, et des services pour les carrières du secteur de l’industrie – permettant de former des leaders hautement qualifiés, vecteurs de transformation afin de catalyser la prospérité inclusive en Afrique.

© Beninto en partenariat avec AMA


Pour ne plus louper les actualités en continu sur le Bénin,

Suivez nous sur Facebook : @Beninto.info

Suivez nous sur Twitter : @BenintoInfo

Commenter depuis Facebook

commentaires

Cet article a été lu 292 fois