« Le Professeur Joseph Djogbénou, ma plus grande déception »

Le ministre de la Justice Garde des Sceaux, Joseph Djogbénou sur le plateau de la télévision nationale du Bénin ORTB.

Professeur agrégé de droit privé des Universités du CAMES et avocat émérite de son Etat, le garde des Sceaux, ministre de la Justice et de la législation du Bénin, Joseph Djogbénou est depuis quelques jours au cœur de la polémique. Surnommé dans la presse, le concepteur de la politique de la « ruse » et de la « rage » sous le régime Talon, Joseph Djogbénou semble avoir, depuis son entrée au gouvernement, une autre lecture des textes de la République. Ce qui a le mérite de causer l’émoi chez nombre de ses admirateurs.

« Le Professeur Joseph Djogbénou est-il au service de la République ou de son client, Patrice Talon, devenu président de la république ? », se demande Franck, juriste et ancien étudiant du ministre Djognénou, qui se dit surpris de sa note de réquisition du personnel de la justice suite à l’annonce de mouvement de grève sans service minimum des syndicats de la justice. Pour Franck, cette note de réquisition qui est contraire aux textes en vigueur dans le pays est la pire incongruité jamais orchestrée par le Professeur Djogbénou.

« Des déceptions, j’en ai connu, mais le Professeur Joseph Djogbénou est ma plus grande déception. S’il est vrai que la politique pervertie, le Professeur Djogbénou est sans doute une preuve vivante », a laissé entendre Nathalie, une ancienne étudiante du ministre Djogbénou à la Faculté de droit et sciences politiques de l’Université d’Abomey-Calavi. Selon elle, l’entrée en politique de Joseph Djogbénou avait suscité beaucoup d’espoir dans le rang des citoyens qui ont perdu toute confiance aux acteurs politiques béninois,

« Pour avoir défendu la veuve et l’orphelin face à un régime politique comme celui du Président Boni Yayi, Joseph Djogbénou était devenu en quelque sorte, un symbole de la résistance vertueuse face à l’oppresseur. Devenu député et président de la commission des lois, il avait nourri l’espoir d’une législation au service du peuple, mais hélas ! L’erreur du peuple, c’est de lui avoir très tôt permis d’entrer au gouvernement, un couvent où l’intérêt du peuple est le dernier des soucis », a renchérie Nathalie.

Pour Christophe, gestionnaire des contentieux dans une structure de la place, il ne sert à rien de jeter la pierre au Professeur Joseph Djogbénou. « Le peuple béninois ne devrait pas en vouloir au Professeur Djogbénou pour ses choix d’aujourd’hui, puisque hier, il était dans un autre rôle, celui de critiquer un régime et c’est d’ailleurs le plus facile des rôles en politique. Mais aujourd’hui, il est dans un autre rôle, celui de gérer un pays… C’est un rôle difficile. Parfois, je suis même tenté de croire que le Professeur Djogbénou pose certains actes à contre cœur », a-t-il expliqué.

Un avis que partage Leslie, juriste, qui pense que le Professeur Djogbénou n’a pas encore joué toutes ses cartes sous le régime Talon. « Je crois que le Professeur Djogbénou n’est pas dupe. C’est pourquoi je pense qu’il est dans une opération de charme vis-à-vis du Chef de l’Etat pour devenir incontournable dans le système institutionnel du pays et en ce moment, il montrera une nouvelle face de lui. Vous savez, le Professeur Djogbénou est un avocat de profession. Il sait arriver à ses fins. Attendez donc de voir… », a-t-elle expliqué.

Les béninois doivent-ils alors prendre leur mal en patience pour découvrir un autre Joseph Djogbénou dans les tout prochain mois ? Difficile de le savoir. Mais pour l’heure, Joseph Djogbénou assume pleinement son destin de ministre. Loin des critiques des uns et des analyses des autres, il semble de plus en plus mettre toute son énergie au service de la cause du « Nouveau Départ » pour un « Bénin Révélé ».

© Bénin Web TV


Pour ne plus louper les actualités en continu sur le Bénin,

Suivez nous sur Facebook : @Beninto.info

Suivez nous sur Twitter : @BenintoInfo

Commenter depuis Facebook

commentaires

Cet article a été lu 631 fois