Port autonome de Cotonou : Une délégation à Bamako pour inciter les opérateurs économiques maliens à fréquenter plus le corridor

Façade extérieure de la direction du Port Autonome de Cotonou

En visite au Mali, une délégation de haut niveau du Port autonome de Cotonou (PAC) a effectué une rencontre d’échanges avec les responsables du Conseil malien des chargeurs (CMC) le vendredi 16 février 2018 au siège du CMC. Une occasion saisie par les opérateurs économiques maliens de soulever un certain nombre de préoccupation ayant trait à la nécessité de rendre beaucoup plus fluide des démarches administratives sur le corridor Cotonou-Bamako. Au cours de cette rencontre, les responsables du PAC ont invité les opérateurs économiques maliens à fréquenter d’avantage le corridor. L’un des objectifs de la mission de la délégation du PAC au Mali est de vulgariser les différentes certifications obtenues par le Port à savoir la norme ISO 9001 version 2015 relative à la satisfaction du client et la norme 14001 version 2015 relative à l’environnement.

À lire aussi : Bénin : le Port autonome de Cotonou passe sous pavillon flamand

La délégation de haut niveau du Port autonome de Cotonou (PAC) était composée de Jean Paul Nicoué, chef de mission, de Ernest Houeton, responsable formation et de Bernardin ALIGBONON, chef du département de la communication et de la coopération. Outre les membres de la délégation, la rencontre a enregistré la présence du représentant du PAC au Mali, Jonathan ATTIOGBE, le président du CMC, Ousmane Balalaye Daou, du président du district de Bamako du CMC, Amadou Bocoum, du secrétaire général du CMC, Alkaïdi Amar Touré, du syndicaliste Souleymane Baba Traoré et de nombreuses autres opérateurs économiques du Mali. Dans ses mots de bienvenue, le président du district de Bamako du CMC, Amadou Bocoum s’est dit heureux de cette visite de la délégation Béninoise à Bamako. « Nous avons des ports de proximité mais nous n’avons pas de port de préférence. Nous sommes des opérateurs, partout où les conditions sont réunies pour que nous puissions travailler dans un bon cadre, nous sommes preneurs. Nous sommes prêts à collaborer avec tous les ports », a-t-il dit.

À lire aussi : Port autonome de Cotonou : un joyau dans les mains des familles Talon et Bolloré

A sa suite, le représentant du PAC au Mali, Jonathan ATTIOGBE a fait savoir que la délégation du PAC est venue à Bamako pour témoigner de la reconnaissance de la direction du PAC aux chargeurs maliens. Par ailleurs, il dira que le PAC contribue au développement du nord du Mali. Quant à Jean Paul Nicoué, chef de la délégation du PAC, il a accentué une communication autour du PAC. « Nous sommes à Bamako pour vulgariser les différentes certifications obtenues par le Port autonome de Cotonou (PAC). Le Port a été certifié à la norme ISO 9001 version 2015 relative à la satisfaction du client et à la norme 14001 version 2015 relative à l’environnement et nous attendons la troisième certification relative à la sécurité et la santé au travail », a-t-il déclaré.

Pour sa part, Ernest Houeton, responsable formation a fait savoir que le PAC est fréquentable dont on peut tirer profit. Selon lui, les marchandises sortent beaucoup plus vite au PAC. « On ne peut pas travailler aujourd’hui à ne pas prendre en compte l’approche qualité », a-t-il dit. Au cours des débats, il ressort que la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali) fréquente ce port. Le président du syndicat des transitaires du Mali, Souleymane Baba Traoré a félicité le PAC pour sa certification. « Nous cherchons le port le moins cher et nous recommandons à nos opérateurs économiques de fréquenter le port autonome de Cotonou », a-t-il.

La rencontre aura permis de corriger certaines lacunes car, les opérateurs économiques maliens ont signifié à la délégation beaucoup plus de célérité dans les démarches administratives portuaires. Pour preuve, le président du CMC, Ousmane Babalaye Daou a demandé à la délégation de mettre l’accent sur le volet transitaire. « Je veux que nos transitaires aient plus de volume au PAC », a-t-il conclu. Chose qui n’est pas tombée dans les sourdes oreilles car la délégation a pris bonne note des différentes doléances et a invité les opérateurs économiques maliens à fréquenter d’avantage le PAC.

Par : Aguibou Sogodogo

© Le Républicain 


Pour ne plus louper les actualités en continu sur le Bénin,

Suivez nous sur Facebook : @Beninto.info

Suivez nous sur Twitter : @BenintoInfo

Commenter depuis Facebook

commentaires

Cet article a été lu 689 fois