Bénin / France : Macron promet à Talon un appui financier de plus 326 millions d’euros

Les présidents Patrice Talon (g) et Emmanuel Macron (d) lors de la déclaration conjointe à l'Elysée le 5 mars 2018.

Dans le cadre des relations de coopération bilatérale entre les deux pays, la France apportera une aide globale de plus de 326 millions d’euros au Bénin. Sous forme de prêt, de subvention, de don ou encore d’assurance-crédit, les fonds serviront à prendre en charge 5 projets majeurs du programme d’action du gouvernement béninois. Une annonce d’Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse conjointe.

Le voyage du président béninois Patrice Talon en France aura été financièrement fructueux. Le dirigeant africain a quitté Paris avec dans sa valise, une promesse de financement d’un montant global de plus de 326 millions d’euros de son homologue français Emmanuel Macron. Les deux hommes d’Etat qui ont eu un tête-à-tête ont pu évoquer les priorités de la coopération bilatérale entre leurs deux pays. Les fonds sont destinés à financer 5 d’entre les projets retenus dans le Programme d’action du gouvernement béninois (PAG) 2016-2021 lancé par le président Talon pour un coût de 9.039 milliards de francs CFA (13,8 milliards d’euros).

Selon le président Macron qui s’exprimait lors d’une conférence de presse conjointement animée avec Patrice Talon, ce financement porte d’abord sur un projet de construction d’un centre hospitalier et universitaire à Abomey-Calavi avec une assurance-crédit de 175 millions d’euros accordée par la Banque publique d’investissement (BPI France). Le second projet s’inscrit dans le cadre de l’engagement français de promouvoir les villes durables et porte sur l’Adaptation des villes aux changements climatiques (PAVIC) au profit de trois localités, pour un coût total de 108 millions d’euros.

À lire aussi : Le courant passe mal entre Patrice Talon et son ambassadeur en France

L’appui français sera aussi affecté au secteur touristique. Il appuiera une initiative qui vise à  »Réinventer la cité lacustre de Ganvié ». Les deux pays ont à ce propos, signé une déclaration d’intention portant sur un montant de 43 millions d’euros dont 40 millions considérés comme un prêt et 3 millions comme une subvention. En dehors de ces projets, le président français a aussi indiqué que son pays apportera à travers les groupes éducatifs et académiques français, son soutien au projet de la Cité internationale de l’innovation et du savoir (CIIS) à Sèmè (Seme City). Il s’agit d’un projet du gouvernement béninois qui ambitionne de construire une  »ville intelligente » contenant sur 100 ha, des institutions éducatives, des centres de recherche, des incubateurs, etc.

Le dernier projet visé par la France est le renforcement de la coopération culturelle entre les deux pays pour le retour d’objets du patrimoine béninois actuellement en France. « Je me suis engagé afin que d’ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique. Je souhaite aussi que nous puissions travailler dès à présent avec vous, cher président Talon, sur une plus grande circulation des œuvres entre nos deux pays », a poursuivi Emmanuel Macron cité par RFI.

Talon craint la mal gouvernance

 Cet appui français annoncé au Bénin ne devrait pas vraiment surprendre. Le Bénin est l’un des 19 pays prioritaires de l’aide au développement de la France dont Emmanuel Macron a salué  »les réformes courageuses » permettant une relance économique efficace. Des performances encourageantes pour Paris qui reste mobilisé aux côtés de Cotonou.

Mais malgré les réformes introduites dont la plupart est contestée dans son pays, le président Patrice Talon craint fortement les conséquences de la mal gouvernance.

« Notre faiblesse… c’est la mal gouvernance. Et nous sommes résolus à donner une réponse positive et visible à nous-mêmes d’abord puis au monde entier dans notre volonté de renoncer à cette image qui nous caractérise et qui nous plombe… Nous avons entrepris des réformes courageuses, impopulaires, mais c’est parce que nous savons que c’est la seule voie de sortie… », a déclaré le président Talon à Paris, cité par la presse locale.

 

© La Tribune Afrique


Pour ne plus louper les actualités en continu sur le Bénin,

Suivez nous sur Facebook : @Beninto.info

Suivez nous sur Twitter : @BenintoInfo

Commenter depuis Facebook

commentaires

Cet article a été lu 758 fois