[Entretien exclusif] : le député Issifou Amadou dénonce une liquidation physique de sa personne.

Issoufou Amadou, député de la 8ème circonscription électorale,

L’origine de cette querelle serait la manifestation d’une crainte précoce de son collègue Rachidi Gbadamassi. Ce dernier réalisant la menace que pourrait constituer les FCBE pour les prochaines législatives se lance dans une campagne d’intoxication a confié, serein, l’honorable Issifou Amadou. Dans cet entretien exclusif accordé à notre rédaction, le suppléant de Sacca Lafia revient sur les origines de sa querelle politique entre son collègue Rachidi Gbadamassi et lui.

Monsieur Amadou Issifou, confirmez-vous une manœuvre contre votre personne ?

Il y a bien évidement des manœuvres en cours. Il y a quelques temps j’avais survolé une publication sur les réseaux sociaux m’accusant d’être à l’origine d’un sacrifice humain à la suite duquel j’aurais été appréhendé par les forces de sécurité alors qu’il n’en était rien. De mes investigations pour dénicher le ou les commanditaires de cette mascarade, j’ai découvert que mon collègue Rachidi GBADAMASSI en serait à l’origine. Par la suite il a pris contact avec moi pour se confondre en excuses me signifiant que c’était une mauvaise blague de son assistant et qu’il allait sévèrement punir ce dernier. Mais aujourd’hui je remarque qu’il revient de plus belle dans ses hallucinations et prétend que je dois de l’argent à des Nigérians qui sont à ma poursuite pour m’assassiner.

Est-ce que vous vous reconnaissez dans ces affirmations ?

Pas du tout, c’est juste une de ses inventions qui découle de ses craintes. La vérité est que Rachidi aime régner seul dans la sphère politique de la 8ème circonscription. Quand vous devenez une menace politique pour lui, il a une façon bien singulière de se débarrasser de vous. Vous avez sûrement remarqué la liesse populaire qu’a suscité la rentrée politique des FCBE à Parakou, il y a là en effet de quoi donner l’insomnie à mon cher collègue qui voit déjà en cela une grande menace pour sa réélection prochaine. Alors il panique et enchaîne avec ces fables.

Mais dites-nous Amadou ISSIFOU, si tout ceci n’est qu’une supposée machination politique, pourquoi évoque-t-on une tentative d’assassinat sur les réseaux sociaux ?

Vous savez, aujourd’hui plus personne ne méconnait mon collègue Rachidi et ses ruses. Je gagnais ma vie avant de me lancer en politique et malgré ma puissance financière je demeure toujours humble et en aucune manière je ne pourrai me permette de m’enliser dans des situations qui ne m’honorent pas. J’aurai tord de ne pas réagir face à la ruse de mon ami. Depuis que Boni YAYI m’a confié le gouvernail des FCBE dans la 8ème circonscription, Gbadamassi réalise que son avenir politique n’est plus assuré. Alors il invente des histoires. Il affirme que des Nigérians en ont après moi pour une histoire de sous, ils pourraient en profiter pour me liquider, qui sait, et l’opinion en déduira que c’est sûrement une manœuvre de « mes soi-disant créanciers ». C’est d’ailleurs pour mettre à nu son jeu que je le convie à présenter les preuves de ses affabulations. Sinon je le tiendrai responsable de ce qui pourrait m’arriver par la suite et menacer ma sécurité.

Avez-vous l’intention de porter plainte ?

Mais non. Par mesure de sécurité  j’ai organisé et renforcé mon personnel de sécurité. Je crois que c’est suffisant. Cependant, je ne crains rien car toute vie est entre les mains du tout puissant, donc si Dieu décide que je reviendrai à l’Assemblée nationale aux prochaines législatives, même Rachidi ne pourra pas l’empêcher.

Vous êtes le suppléant de Sacca Lafia aujourd’hui membre du gouvernement. Cela ne vous empêche pourtant pas de prendre vos distances vis-à-vis du pouvoir, que reprochez-vous au juste à ce pouvoir ?

J’estime qu’il opère une gestion peu transparente. C’est un pouvoir qui n’est pas suffisamment à l’écoute des préoccupations du peuple béninois. Je note trop de diversions pendant que certains acteurs de ce pouvoir en profitent pour saigner les ressources de l’Etat. Tenez par exemple, les recettes du Port autonome de Cotonou vont presque toutes dans le compte des sociétés appartenant aux proches ou à Patrice Talon. Et ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Afin de détourner l’attention du peuple on miroite un semblant de lutte contre la corruption.

Mais vous avez quand même été un soutien de Patrice Talon puisque vous avez été le directeur de campagne du candidat Robert GBIAN durant les dernières présidentielles ; ce dernier est membre du BMP pendant que vous aviez rejoint celui de la minorité. Est-ce-à-dire que les relations avec Robert GBIAN ne sont également plus au beau fixe ?

Il est vrai que le Général Robert GBIAN et moi menons aujourd’hui des combats politiques différents, mais en dehors de nos tendances politiques, lui et moi sommes des frères et nous privilégions ce lien fraternel. Nous avons toujours de bonnes relations. J’ai soutenu le candidat Talon au second tour parce que ma fidélité au Général m’y obligeait. Aujourd’hui le contexte politique est différent. C’est d’ailleurs pour cette raison que je suis retourné à ma famille politique où je serai positionné pour être le suppléant de Boni YAYI.

Amadou ISSIFOU, au regard de votre développement personnel, comment imaginez-vous l’issue des prochaines législatives dans votre circonscription ?

Je ne vous ferai pas du charme, monsieur le journaliste, je peux vous confier que si aux prochaines législatives la coalition du President Talon arrivait à avoir deux sièges dans la 8ème circonscription électorale alors c’est qu’elle aurait fraudé, sinon je vous garantie sans fausse modestie que les 4 sièges de cette circonscription sont déjà réservés aux FCBE.

Propos recueillis par Fawaz Khalil

© Beninto Info 


Pour ne plus louper les actualités en continu sur le Bénin,

Suivez nous sur Facebook : @Beninto.info

Suivez nous sur Twitter : @BenintoInfo

Commenter depuis Facebook

commentaires

Cet article a été lu 814 fois