Polémique autour du traitement des membres du Gouvernement : La décision de la Cour sur les salaires des ministres

Combien gagnent les ministres de Patrice Talon ? Depuis plusieurs semaines, les rumeurs vont bon train et la polémique autour des émoluments des membres du gouvernement ne cesse d’enfler. Saisie le 10 juin 2017 par le citoyen Paul Mapoga qui a formé un «recours contre le Gouvernement du Président Talon pour violation de l’article 26 de la Constitution et de l’article 10 de la loi organique sur la Cour constitutionnelle », la cour constitutionnelle a rendu publique la Décision DCC 18 – 045 du 20 février 2018 dans laquelle elle déclare qu’ « il n’y a pas lieu à statuer en l’état ». Dans sa requête, Paul Mapoga reprochait à Patrice Talon de « multiplier de manière inquiétante le salaire des préfets et ministres ». Selon le requérant, le ministre des affaires étrangères « a vu son salaire passer de 1.800.000 francs CFA à 16.000.000 francs CFA alors que les autres ministres ont vu leur salaire passer de 1.800.000f à 8.000.000 francs CFA ». Ce qui, pour lui, est une « violation de l’article 26 de la Constitution et de l’article 10 de la loi organique sur la Cour constitutionnelle ». Se référant à l’article 10 de la loi organique sur la Cour constitutionnelle qui dispose que « Les membres de la Cour constitutionnelle reçoivent un traitement (…) égal au moins à celui alloué aux membres du Gouvernement », ainsi qu’à l’article 3 de la loi n° 2001-28 du 11 décembre2001 et à la loi n° 2001-29 du 11 décembre 2001 en ses articles 8, 9, 11 et 12 qui alignent les avantages alloués aux membres de la Cour constitutionnelle et de la Haute Autorité de l’Audio-visuel et de la Communication (HAAC) sur ceux des membres du Gouvernement, le requérant a pointé une « discrimination dans le traitement des membres du Gouvernement et des conseillers de la Cour constitutionnelle ». Saisis dans le cadre de l’instruction du recours par la Cour constitutionnelle, le Président de la République et le ministre de l’Economie et des Finances, selon la DCC 18 – 045 du 20 février 2018, « n’ont pas cru devoir répondre aux correspondances de la Cour ». En réponse à la demande de transport judiciaire et à la mesure d’instruction adressées au directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique en revanche, le directeur adjoint du Trésor et de la Comptabilité publique, Thierry B. A Dossa a sorti les documents qui démontent les supposées augmentations salariales des ministres. Ont ainsi été mis à la disposition de la cour, le décret n° 2006-187 du 30 avril 2006 portant fixation du traitement des membres du Gouvernement, et le décret n° 2017-042 du 25 janvier 2017 portant traitement et régime indemnitaire applicables aux préfets, aux secrétaires généraux de département et aux chargés de mission des préfets. Et selon le décret n° 2006-187 du 30 avril 2006 pris par l’ancien président Boni Yayi, le salaire mensuel de chaque ministre du Gouvernement, depuis 2006, est fixé à un montant global mensuel de 1 703 518 F CFA avec une prime d’équipement unique de 5 000 000 F CFA sans oublier une assurance maladie ainsi que d’autres primes diverses. De quoi donc désenfler la polémique et tordre le cou, une bonne fois, à la rumeur sur les supposés salaires mirobolants octroyés par Talon à ses ministres.

Lire l’Extrait de la DECISION DCC 18 – 045 DU 20 FEVRIER 2018

Date : 20 février 2018
Requérant : Paul MAPOGA
Contrôle de conformité :
Atteintes aux biens :
Principe d’égalité : (discrimination dans le traitement des membres du Gouvernement et des conseillers de la Cour constitutionnelle)
Défaut d’élément d’appréciation
Non lieu à statuer

La Cour constitutionnelle,
Saisie d’une requête du 10 juin 2017 enregistrée à son secrétariat le 13 juin 2017 sous le numéro 1029/162/REC, par laquelle Monsieur Paul MAPOGA forme devant la haute Juridiction un « recours contre le Gouvernement du Président TALON pour violation de l’article 26 de la Constitution et de l’article 10 de la loi organique sur la Cour constitutionnelle » ;
VU la Constitution du 11 décembre 1990 ;
VU la loi n° 91-009 du 04 mars 1991 portant loi organique sur la Cour constitutionnelle modifiée par la loi du 31 mai 2001 ;
VU le règlement intérieur de la Cour constitutionnelle ;
Ensemble les pièces du dossier ;
Ouï Monsieur Akibou IBRAHIM G. en son rapport ;
Après en avoir délibéré,

CONTENU DU RECOURS
Considérant que le requérant expose : « Le Gouvernement du Président TALON vient multiplier de manière inquiétante le salaire des préfets et ministres. Le ministre en charge des Affaires étrangères a vu son salaire passer de 1.800.000 francs CFA à 16.000.000 francs CFA alors que les autres ministres ont vu leur salaire passer de 1.800.000f à 8.000.000 francs CFA.
Aux termes de l’article 26 de la Constitution : «L’Etat assure à tous l’égalité devant la loi sans distinction d’origine, de race, de sexe, de religion, d’opinion politique ou de position sociale». De jurisprudence constante de la Cour constitutionnelle, «La notion d’égalité s’analyse comme un principe général selon lequel des personnes relevant de la même catégorie doivent être soumises au même traitement sans discrimination». En fixant le salaire du ministre des Affaires étrangères à 16.000.000 francs CFA et celui des autres ministres à 8.000.000 francs CFA, le Président TALON a méconnu la Constitution.

INSTRUCTION DU RECOURS
Considérant que le Président de la République et le ministre de l’Economie et des Finances n’ont pas cru devoir répondre aux correspondances de la Cour leur demandant de faire tenir à la haute Juridiction leurs observations, de mettre à sa disposition les fiches de paie des ministres et le décret actuel portant détermination du traitement, des avantages et des indemnités des membres du Gouvernement ;

ANALYSE DU RECOURS
Considérant que le requérant demande à la Cour d’apprécier la discrimination dans le traitement des membres du Gouvernement et des conseillers de la Cour constitutionnelle ;
Considérant que les articles 26 de la Constitution, 10 de loi organique sur la Cour constitutionnelle disposent respectivement :
« L’état assure à tous l’égalité devant la loi sans distinction d’origine, de race, de sexe, de religion, d’opinion politique ou de position sociale.
L’homme et la femme sont égaux en droit. L’Etat protège la famille et particulièrement la mère et l’enfant. Il veille sur les handicapés et les personnes âgées » ; « Les membres de la Cour constitutionnelle reçoivent un traitement fixé par la loi ; ce traitement est égal au moins à celui alloué aux membres du Gouvernement.
Ils ont en outre droit à des avantages et indemnités fixés par la loi et qui ne sauraient être inférieurs à ceux accordés aux membres du Gouvernement » ; qu’il résulte de ses dispositions que les ministres et les membres de la Cour constitutionnelle doivent bénéficier sans discrimination des mêmes traitements, avantages et indemnités ;
Considérant qu’en réponse à la demande de transport judiciaire et à la mesure d’instruction adressées au directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique, le directeur adjoint du Trésor et de la Comptabilité publique, Monsieur Thierry B. A. DOSSA, met à la disposition de la Cour, le décret n° 2006-187 du 30 avril 2006 portant fixation du traitement des membres du Gouvernement et le décret n° 2017-042 du 25 janvier 2017 portant traitement et régime indemnitaire applicables aux préfets, aux secrétaires généraux de département et aux chargés de mission des préfets ; que le silence du Président de la République et du ministre de l’Economie et des Finances aux mesures d’instruction de la Cour ne permet pas à la haute Juridiction d’établir l’effectivité de la discrimination alléguée, que dès lors, il échet pour la Cour de dire et juger qu’il n’y a pas lieu à statuer en l’état ;

D E C I D E :
Article 1er : Il n’y a pas lieu à statuer en l’état.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à Monsieur Paul MAPOGA, à Monsieur le Directeur général adjoint du Trésor et de la Comptabilité publique et publiée au Journal officiel.

Ont siégé à Cotonou, le vingt février deux mille dix-huit,
Messieurs Théodore HOLO Président
Zimé Yérima KORA-YAROU Vice-Président
Bernard D. DEGBOE Membre
Madame Marcelline-C. GBEHA AFOUDA Membre
Monsieur Akibou IBRAHIM G. Membre
Madame Lamatou NASSIROU Membre

Le Rapporteur,
Akibou IBRAHIM G.-

Le Président,
Professeur Théodore HOLO.-

Commenter depuis Facebook

commentaires

Cet article a été lu 428 fois