Crise politique au Togo : la CEDEAO appelle les acteurs à s’abstenir de tout acte de violence

Le Togo a connu samedi de violents affrontements entre partisans de l’opposition et forces de l’ordre, alors que se tenait à Lomé un sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO consacré à la crise en Guinée-Bissau.

A l’issue des travaux, la conférence s’est prononcée dans un communiqué sur la crise socio-politique qui secoue le Togo depuis août 2017 liée à une difficile entente pour des réformes constitutionnelles.

« Elle invite instamment tous les acteurs politiques et la société civile togolaise à s’abstenir de tout acte de violence et de tout agissement susceptible de constituer une menace à la paix et la stabilité du Togo et de la sous-région », dit le communiqué.

Le sommet a d’abord salué les « initiatives et les efforts » du président du Ghana Nana Akufo-Addo en vue de la « résolution pacifique des tensions socio-politiques » auxquelles le Togo est confronté.

En effet, M. Akufo-Addo pèse de son poids dans la résolution de la crise togolaise et a pu ramener les protagonistes, gouvernement et une coalition de 14 partis d’opposition à ouvrir depuis février 2018 un dialogue sous sa facilitation.

Samedi à Lomé, le sommet extraordinaire a désigné MM. Nana Akufo-Addo et Alpha Condé en qualité de facilitateurs de la CEDEAO pour cette crise.

La conférence leur a exprimé sa confiance et soutien et les a encouragés « à intensifier leurs efforts pour aider le gouvernement et les acteurs politiques togolais dans la réalisation des réformes constitutionnelles », dit le communiqué.

Cela devra se faire « dans le respect des délais légaux, normes et principes de la démocratie et de l’Etat de droit », a précisé la conférence.

La commission de la CEDEAO que dirige l’Ivoirien Jean Caude Brou a été instruite de « prendre toutes les dispositions » pour apporter son appui aux facilitateurs et de proposer des recommandations qui seront soumises au prochain sommet de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement.

Ont participé au sommet extraordinaire de Lomé les chefs d’Etat du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, de la Guinée-Bissau, du Liberia, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo, ainsi que la vice-présidente de Gambie, le vice-président du Nigeria, le ministre de l’Intégration régionale du Cap-Vert et le ministre de la Sécurité nationale du Ghana.

Source: Xinhua


Pour ne plus louper les actualités en continu sur le Bénin,

Suivez nous sur Facebook : @Beninto.info

Suivez nous sur Twitter : @BenintoInfo

Commenter depuis Facebook

commentaires

Cet article a été lu 97 fois