Présidentielle au Bénin : la caution passe de 15 à 250 millions de FCFA (Code électoral)

Députés à l'Assemblée Nationale du Bénin

La caution pour l’élection présidentielle au Bénin est passée de 15 millions à 250 millions de FCFA aux termes du nouveau Code électoral, adopté par les majorités des députés réunis lundi soir en session plénière.

Concernant les législatives, chaque liste candidate ne pourra dépenser durant sa campagne une enveloppe dépassant 249 millions de FCFA, préconise le nouveau Code électoral qui interdit en outre tout ancien  président de la République de se présenter aux législatives. De même, les douaniers et agents forestiers ne pourront être candidats aux législatives à moins d’avoir démissionné de leurs fonctions un an avant la tenue de celles-ci.

Les alliances de partis ne peuvent participer aux élections législatives et l’âge d’éligibilité pour les candidats aux élections législatives est maintenu à 25 ans, indique le nouveau Code électoral, fort de 397 articles répartis en 7 livres.  En outre, il fait obligation à une liste en lice de recueillir au moins 10% des suffrages exprimés au plan national pour enlever un siège dans une circonscription

Par ailleurs, le nouveau texte revoit à la baisse la caution pour les élections locales, communales et municipales fixée désormais à 10.000 FCFA contre 20.000 FCFA auparavant.

S’adressant à la presse, peu après le vote des députés, le ministre de la Justice et de la Législation, Sévérin Quenum, a rendu hommage aux parlementaires, soulignant le fait qu’ « ils ont travaillé jour et nuit pour que la chose soit possible ». Avant d’adopter le nouveau Code électoral, les députés ont organisé un séminaire sur ce texte et ont travaillé là-dessus en commission, a rappelé le ministre.

« Notre pays qui nous est cher mérite d’être réformé. Et chaque jour qui passe apporte la preuve que nous avons la possibilité de travailler ensemble et qu’il faut que nous nous y mettions comme des citoyens et des patriotes sans exclusive. Nous avons des susceptibilités ou des suspicions qui sont réciproques. Le temps est venu de les transcender pour que ce Bénin qui nous est tous cher se développe » a conclu Sévérin Quenum.

©  APA

Pour ne plus louper les actualités en continu sur le Bénin,

Suivez nous sur Facebook : @Beninto.info

Suivez nous sur Twitter : @BenintoInfo

Commenter depuis Facebook

commentaires

Cet article a été lu 417 fois